LES BASES DE LA PHOTOGRAPHIE : Partie 1

Lorsqu’on débute en photographie, il peut être difficile de comprendre les différents outils à votre disposition sur un appareil photo. Dans cet article, je vous explique en détail les 3 notions de base à connaître pour débuter en photographie.

LA VITESSE D’OBTURATION

La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel l’obturateur de votre appareil photo est ouvert, laissant ainsi passer la lumière jusqu’au capteur de votre appareil.

En plus de jouer un rôle sur l’exposition de votre photo, la vitesse d’obturation a un impact sur la netteté de l’image. En effet, utiliser une vitesse d’obturation supérieure à la vitesse de votre sujet a pour effet de figer le mouvement. Au contraire, utiliser une vitesse d’obturation inférieure à la vitesse de votre sujet crée un effet appelé « flou de bougé » (ce type de flou n’est pas lié au focus).

En doublant la vitesse d’obturation, on divise par 2 la quantité de lumière imprimant sur le capteur.

Voici un exemple de flou causé par une vitesse d’obturation inférieure à celle du sujet. La voiture est floue alors que l’arrière-plan reste net.

Voici un exemple de flou causé par une vitesse d’obturation inférieure à celle du sujet. La voiture est floue alors que l’arrière-plan reste net.


LE NOMBRE-OUVERTURE (OUVERTURE DU DIAPHRAGME)

Le nombre-ouverture est lié au diamètre d’ouverture du diaphragme de votre lentille. Il est important de noter que l’augmentation du nombre d’ouverture a pour cause une réduction du diamètre du diaphragme, et par le fait même, une réduction de l’éclairement du capteur de votre appareil. Une augmentation d’un cran double (ou à l’inverse, divise par 2) la quantité de lumière imprimant sur le capteur.

En plus de jouer un rôle sur l’exposition, le réglage du nombre-ouverture a une incidence directe sur la profondeur de champ*. Plus le diaphragme est ouvert, plus la profondeur de champs est réduite.

*Profondeur de champ: espace dans les limites duquel les éléments de l’image sont nets.


L’ISO

L’ISO correspond à la sensibilité à la lumière de votre capteur numérique (ou pellicule). Avec l’arrivée du numérique, l’ISO peut maintenant être changé d’une photo à l’autre sans problèmes, ce qui n’était pas possible en argentique, car l’ISO devait rester constante pour toute la pellicule.

En augmentant l’ISO, on augmente la sensibilité du capteur, réduisant ainsi la quantité de lumière nécessaire pour produire une image. Cependant, augmenter l’ISO dégrade la qualité de l’image, il est donc préférable de garder ce paramètre au minimum possible afin de limiter la perte de qualité.